domingo, 8 de fevereiro de 2015

Double-bill (XXI)


+


P.S (com agradecimento a Luan Gonsales): "Il y a effectivement des similitudes entre Iwo Jima et American Sniper, notamment le fait de ne pas confondre la guerre avec les soldats qui la font. 

Absolument, je me suis retrouvé dans le même état d’esprit que pour Lettres d’Iwo Jima, mais avec la possibilité d’entrer davantage dans les détails et l’intimité du personnage. Pour résumer, je n’ai jamais été un belliciste convaincu. Les guerres ont toujours des origines politiques et sont même, parfois, l’aboutissement de graves erreurs. Mais cela finit toujours par nous dépasser et par provoquer une sorte de fascination pour la violence. Il y a là une dimension de tragédie qui me fait systématiquement penser à Sergent York, de Howard Hawks, avec ce pacifiste qui, envoyé sur le front pendant la Première Guerre, finit par devenir un soldat d’élite."

5 comentários:

Luan Gonsales disse...

" =Il y a là une dimension de tragédie qui me fait systématiquement penser à Sergent York, de Howard Hawks, avec ce pacifiste qui, envoyé sur le front pendant la Première Guerre, finit par devenir un soldat d’élite."

http://www.liberation.fr/culture/2015/02/13/la-guerre-suscite-une-fascination-pour-la-violence_1202272

João Palhares disse...

Muito obrigado, Luan.

João Palhares disse...

A quem interessar: Eastwood opôs-se publicamente à guerra do Iraque. O que não quer dizer virar as costas a mostrá-la. E parece que vivemos em tempos em que "mostrar" e "falar sobre" é equivalente a "ser a favor".

João Palhares disse...

Re-enviem as vossas ideologias para quem tem culpas no cartório: George W. Bush. Que se deve estar a balançar numa cadeira de baloiço no Texas e a cuspir ao vento, imune a todo este reboliço.

Luan Gonsales disse...

Incrível - ou pior, óbvio - que as críticas sobre o filme dizem mais sobre às expectativas do sujeito em relação ao filme ao invés do que o filme, de fato, é.